Travaux Isolation est avant tout un guide pour appliquer les bonnes pratiques d’isolation thermique. Nos experts proposent ainsi un descriptif détaillé des principaux procédés techniques. La comparaison des isolants permet d’évaluer leurs avantages et leurs points faibles. Des informations sont aussi données sur l’aide de l’État pour l’isolation.

Aide de l’État isolation – Pour une meilleure efficacité thermique

Les particuliers sont incités à réaliser des travaux d’isolation par les pouvoirs publics. D’abord par les réglementations thermiques et les textes législatifs. En parallèle, des aides financières sont également accessibles pour les maîtres d’ouvrage. Recevoir un coup de pouce financier dépend d’ailleurs du respect des normes de la construction dans la plupart des cas. La principale concrétisation de l’aide de l’État en faveur de l’isolation concerne cependant les projets de rénovation. Afin de réduire la consommation énergétique des bâtiments d’habitation, des mesures importantes sont prises au niveau national.

Dans de nombreux cas, le recours à un professionnel RGE est une condition obligatoire pour bénéficier des aides de l’état pour l’isolation. Le label Reconnu Garant de l’Environnement est attribué aux entreprises et aux artisans qui respectent l’environnement dans la pratique de leur métier.

Les aides de l’État pour favoriser la rénovation énergétique

L’aide de l’État pour la rénovation énergétique des logements se matérialise sous plusieurs formes. Certaines aides sont immédiates tandis que d’autres sont perçues en décalage, par exemple à la fin des travaux d’isolation.

Aide de l’État Isolation – CITE et éco-PTZ

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est une remise d’impôt accordée aux maîtres d’ouvrage. 30% de l’investissement effectué pour les travaux de rénovation énergétique peuvent être déduits de la future déclaration de revenus. Mais la somme de référence à partir de laquelle est calculé le CITE n’est pas le total que doit payer le maître d’ouvrage. Les 30% sont déduits des dépenses éligibles telles que définies par le code général des impôts notamment. À cette contrainte s’ajoute également la déduction à faire des autres ressources financières obtenues pour le projet d’isolation dans le neuf ou dans l’ancien. Le CITE a pris la place du crédit d’impôt Développement Durable depuis quelques années. Bien que limité dans le temps, le crédit d’impôt pour la transition énergétique a déjà été repoussé à plusieurs reprises par les pouvoirs publics. Cela s’explique sans doute par son succès auprès des particuliers.

L’éco-prêt à taux zéro (éco PTZ) est une offre faite aux particuliers par les pouvoirs publics. L’État se porte caution des maîtres d’ouvrages qui contractent l’éco-PTZ pour financer des travaux d’efficacité énergétique. Son montant est limité à 30 000 € par bouquet de travaux. En effet, il faut réaliser plusieurs opérations visant à faire baisser la consommation énergétique du logement pour en bénéficier. L’éco-prêt à taux zéro est une aide de l’État pour l’isolation qui doit être remboursée sur une période de 10 années maximum. Comme le CITE, il est accordé seulement si les travaux sont effectués par des professionnels certifiés RGE.

Autres aides de l’État pour une isolation thermique durable

Les fournisseurs énergie ont l’obligation légale d’encourager la rénovation énergétique des logements. Le Code de l’Énergie leur impose de proposer des actions concrètes à leurs clients, notamment. Plusieurs possibilités sont offertes aux maîtres d’ouvrage pour améliorer leur système isolant : subvention, prêt incitatif ou encore accompagnement d’un professionnel. Cette aide indirecte de l’État pour l’isolation porte le nom de certificats d’économies d’énergie ou de primes CEE.

La TVA à taux réduit pour des travaux d’isolation thermique s’élève à 5,5 %. La TVA à 5,5% concerne seulement les opérations éligibles au CITE. Cette aide de l’État est immédiatement perceptible pour le maître d’ouvrage. En effet, les factures des professionnels qui réalisent les interventions d’efficacité énergétique prennent en compte la TVA à taux préférentiel.