Isolation thermique naturelle

L’origine naturelle des isolants est aux yeux du grand public synonyme de respect de l’environnement. C’est un peu plus compliqué que cela même si, sur le fond, cela reste vrai. Par isolation thermique naturelle, il faut entendre que l’origine de l’isolant est naturelle. La matière première de celui-ci est donc végétale, animale ou minérale. Mais cela ne signifie pas pour autant que l’isolant est écologique. De même, un isolant naturel n’est pas sans impact sur l’environnement.

La principale réserve concerne le processus de transformation de la matière première en isolant. La laine de mouton, par exemple, doit subir de nombreux traitements pour acquérir les caractéristiques attendues, notamment pour sa résistance aux flammes. Sans oublier les lavages nécessaires pour supprimer son odeur animale.

La recherche d’une isolation thermique naturelle est de plus en plus dans l’air du temps. Pourtant, d’autres procédés d’isolation sont efficaces tout en ayant une empreinte écologique satisfaisante. C’est par exemple le cas du polyuréthane. Disponible sous forme de mousse expansée ou en panneaux rigides, cet isolant compense le poids environnemental de sa fabrication notamment par son niveau de performance et sa durée de vie.

Les procédés d’isolation thermique naturelle ne sont pas du tout élaborés comme les isolants d’origine synthétique mais la finalité reste la même. Chacun d’entre eux doit respecter les normes réglementaires pour bénéficier des certifications professionnelles reconnues par les pouvoirs publics.

Isolation thermique naturelle : les isolants

Origine animale

Les deux principaux isolants d’origine animale sont la laine de mouton et les plumes de canard. Transformées pour l’isolation, les plumes de canard sont composées d’un petit pourcentage de laine de mouton et de fibres synthétiques pour lui donner sa consistance. Ses performances sont satisfaisantes mais attention à ne pas isoler des locaux accueillant de fortes sources de chaleur (cheminée par exemple).

La laine de mouton possède à peu près le même pouvoir isolant que les plumes de canard. Leurs conductivités thermiques sont en effet quasiment équivalentes. Même en considérant son processus de fabrication (voir ci-dessus), la laine de mouton est un bon moyen d’obtenir une isolation thermique naturelle. Cet isolant est particulièrement conseillé pour l’isolation des combles.

Origine minérale

La laine de verre est l’isolant minéral le plus connu et le plus utilisé. Ses capacités d’isolation sont très bonnes pour traiter la plupart des supports. La laine de verre peut en effet isoler les murs d’une maison comme permettre une isolation thermique naturelle des combles. Même si la laine de verre craint les conditions humides persistantes, elle est fiable sur la durée. À l’image des autres isolants, il faut pour cela qu’un professionnel se soit chargé de la mise en oeuvre.

La laine de roche n’a pas grand chose à envier à la laine de verre. Son origine est pourtant totalement différente : pierre volcanique au lieu du verre recyclé. Les laines minérales se ressemblent plutôt pour leurs performances en isolation et leur polyvalence. D’autres isolants minéraux sont disponibles sur le marché : perlite, vermiculite ou verre cellulaire.

Origine végétale

C’est la catégorie la plus remplie parmi l’ensemble des produits qui proposent une isolation thermique naturelle. Le liège expansé est un bon isolant. Particulièrement résistant à l’eau, il est notamment employé pour l’isolation des sols sous forme de panneau à forte densité. La ouate de cellulose sera plutôt employée pour l’isolation de combles perdus. Malgré un tassement naturel certain, anticipé par un applicateur professionnel, ses performances sont satisfaisantes et durables. Dans la perspective d’une isolation thermique naturelle, la ouate de cellulose est intéressante car elle est fabriquée à partir de journaux recyclés.

La laine de chanvre a une bonne durée de vie et elle résiste également bien à l’humidité. Sa conductivité thermique ne la classe cependant pas parmi les meilleurs isolants. De son côté, la laine de bois est polyvalente même si elle ne se démarque vraiment nulle part. Autres isolants végétaux : fibres de lin ou de coco, paille…