Différences entre les isolants

Quelles sont les principales différences entre les isolants ?

Parmi tous les isolants thermiques qui sont commercialisés en France, il est parfois difficile de s’y retrouver. Les procédés traditionnels et les nouveaux isolants s’améliorent sans cesse pour être plus efficaces et plus responsables. Car c’est une nouvelle donnée dans la prise en compte des différences entre les isolants. L’impact sur l'environnement et sur les ressources naturelles est de plus en plus décisif dans le choix d’une solution pour isoler un logement ou un bâtiment tertiaire. Les maîtres d’ouvrage y sont de plus en plus encouragés par une politique publique incitative.

L’État veut en fait réduire la consommation en énergie des bâtiments et les émissions de gaz à effet de serre. Le législateur agit alors pour favoriser les procédés responsables d’isolation thermique au détriment des autres. Il s’agit donc de la première différence à faire entre les isolants. Les isolants comme le polyuréthane projeté ou la laine de bois sont intéressants sur cet aspect notamment. De même pour des isolants traditionnels comme la laine de roche ou la laine de verre qui ont amélioré leur processus de fabrication et les caractéristiques du produit isolant. Les laines minérales peuvent ainsi être recommandées pour un projet dans le neuf ou pour une rénovation énergétique de l’habitat.

Il en va d’ailleurs de l’intérêt des maîtres d’ouvrage. Ceux-ci doivent respecter des obligations pour se conformer aux dispositifs réglementaires. Ils sont ainsi incités à suivre les exigences de la réglementation thermique en cours, la RT 2012, pour bénéficier du soutien des pouvoirs publics. Mais le critère environnemental n’est le seul moyen pour identifier des différences entre les isolants utilisés par les professionnels.

Caractéristiques et performances des différents isolants

Quatre origines principales existent pour les isolants thermiques. Chacun d’entre eux en tire des avantages et des inconvénients. Les avantages tiennent avant tout aux caractéristiques intrinsèques de l’isolant. Les inconvénients, eux, sont en général issus du processus de fabrication.

Isolants synthétiques

Les isolants synthétiques occupent une place importante dans le monde de l’isolation thermique des bâtiments. La mousse polyuréthane se différencie de la plupart des autres isolants par son efficacité et sa polyvalence. Elle est également très résistante, quelle que soit sont application pour l’isolation., aux conditions humides. Le polystyrène est également un isolant synthétique très performant. Mais il est de moins en moins employé à cause, notamment, de son processus de fabrication énergivore.

Isolants d’origine animale

Il existe peu d’isolants d’origine animale potentiellement utilisés par les pros de l’isolation thermique. Les plumes de canard connaissent parfois des difficultés d’approvisionnement et c’est un isolant cher. D’un coût également élevé, la laine de mouton est beaucoup plus abondante. Elle est notamment intéressante pour ses capacités d’isolation et son faible impact environnemental.

Isolants végétaux

Les isolants d’origine végétale, également appelés isolants biosourcés avec les isolants d’origine animale, ont des qualités d’isolation très variées. Le liège expansé est par exemple très performant. Il est aussi assez cher. Son coût relativement élevé vient en partie de sa fabrication qui est soumise au renouvellement de l’écorce du chêne (chêne-liège). En effet, celui-ci est exploitable tous les 8 à 10 ans. Autre isolant végétal, la ouate de cellulose possède de bonnes capacités isolantes. Ce produit est fabriqué principalement à partir de journaux recyclés.

Isolants minéraux

L’ancienneté des isolants minéraux dans les pratiques professionnelles en font les procédés les plus utilisés. Leur efficacité est reconnue ainsi que leur polyvalence. La laine de roche ou la laine de verre sont traitées pour mieux résister à l’humidité et aux nuisibles. Les fabricants continuent de les améliorer dans les nouvelles générations de laines minérales. La laine de roche ou la laine de verre se classent donc en bonne position lorsque l’on compare les différences entre les isolants pour choisir le meilleur.