Qu’est-ce qu’un isolant écologique ?

La question est aussi simple que la réponse est complexe pour identifier un isolant écologique. En fait, il faut s’entendre sur le terme écologique en lui-même pour pouvoir le confronter au monde de l’isolation thermique. Deux notions principales sont à considérer :

  • Respect du vivant : impact sur la faune et la flore lors de la récolte des matières premières naturelles. Sont aussi concernées, dans certains cas, la phase de fabrication et la mise en oeuvre. La santé des hommes qui occupent les locaux isolés ou qui appliquent les solutions d’isolation est également prise en compte.
  • Respect de l’environnement : le cycle complet de vie d’un isolant doit être considéré. Il faut alors mesurer les effets sur les milieux naturels et la consommation des ressources.

La construction d’une autoroute a un impact écologique sur ces 2 aspects, par exemple. Elle provoque des changements sur la faune et la flore tout en consommant de forts volumes d’énergie. Dans le bâtiment, l’écologie concerne en réalité le respect de l’environnement plutôt que les conditions d’existence des êtres vivants.

Pour l’isolation thermique, l’impact sur l’environnement et la consommation en énergie sont principalement à prendre en compte. Pour distinguer un isolant écologique, il faut faire la synthèse des trois étapes essentielles de son cycle de vie.

Isolant écologique : matières premières et fabrication

L’origine des isolants est un premier élément à prendre en compte pour savoir si un isolant est écologique. Les isolants naturels sont les bons élèves sur cet aspect. Il faut toutefois que la laine de mouton ou la laine de bois, par exemple, soient issues de ressources gérées de façon responsable. C’est également le cas pour le liège expansé qui se rapproche assez d’un isolant écologique. Même s’il est extrait de l’écorce du chêne-liège, cet isolant n’est pas néfaste pour la biodiversité.

Les isolants d’origine minérale comme la laine de roche ont un impact plus lourd sur l’environnement sur lequel travaillent les fabricants. Un bon point pour la laine de verre cependant qui est fabriquée, en partie, à partir de verre recyclé. Sans en faire un isolant écologique, c’est quand même un argument en faveur de la préservation de l’environnement.

Mise en oeuvre et impact sur l’environnement et la santé

Un isolant écologique ne doit pas émettre de gaz nocifs et de poussières constituées de particules fines lors de son installation ou de son application. Certains isolants doivent pourtant être découpés et ajustés pour adhérer parfaitement au support. Cela provoque alors, pour un isolant comme le polystyrène ou la ouate de cellulose, des émissions nocives. Les équipements de protection individuelle mettent donc à l’abri les professionnels qui réalisent les travaux d’isolation.

Gestion de fin de vie : isolation écologique et recyclage

C’est la grande question : comment recycler les produits isolants ? Et même, est-ce qu’un isolant écologique est un isolant qui doit être recyclé ? Difficile d’apporter une réponse affirmative, quel que soit l’isolant. En fait, la plupart des isolants peuvent être recyclés. Cela reste pour le moment une théorie car aucune filière industrielle de recyclage suffisante n’existe, quel que soit le procédé d’isolation.

Prise de conscience et volonté d’agir pour une isolation thermique responsable

Au final, il n’existe aucun isolant écologique qui remplisse l’ensemble des critères nécessaires. Les isolants végétaux ou d’origine animale bénéficient de véritables atouts à mettre en avant mais leur longévité et leur recyclage ne sont pas totalement satisfaisants. La durée de vie est d’ailleurs une donnée très importante. En effet, un isolant qui dure dans le temps aura moins d’impact écologique qu’une autre solution obsolète au bout de quelques années.

Tous ces éléments de réflexion peuvent être enrichis par des indicateurs comme l’énergie grise par exemple. Il s’agit en fait d’une estimation de la consommation énergétique d’un isolant sur l’ensemble de son existence. Pour identifier un isolant écologique, l’énergie grise est intéressante. Elle ne prend toutefois pas en compte tous les aspects à considérer.

Finalement, c’est surtout au niveau des mentalités que les choses doivent changer. D’ailleurs, le monde de l’isolation thermique bouge. Tous les fabricants ou techniciens sont en recherche de solutions pour améliorer l’empreinte environnementale des produits employés. Cela va ainsi dans le sens de la notion nouvelle d’éconologie. Contraction d’économie et d’écologie, ce concept fait la promotion de solutions profitables à tous. Dans l’isolation thermique, un isolant écologique sera sans doute bientôt mis au point à partir des solutions existantes. Les bonnes pratiques seront diffusées et étendues à l’ensemble des procédés qui le peuvent. Les professionnels pourront alors agir efficacement sur l’approvisionnement en matières premières ainsi que sur la préservation des ressources naturelles.