Selon les régions et les situations personnelles, des aides supplémentaires sont accessibles pour des travaux d'isolation. La plupart d'entre elles sont cumulables avec les aides financières les plus fréquentes : CITE, éco-prêt à taux zéro, etc.

Demande de devis

TVA à taux réduit 5,5 %

Cumulable avec la plupart des autres aides au financement de travaux de rénovation énergétique, la TVA à taux réduit est une aide de l’État. La TVA tombe à 5,5 % pour les opérations d’efficacité énergétique comme l’isolation thermique. Un taux de 10 % existe également. Il concerne les autres types de travaux de rénovation : amélioration, aménagement, entretien…

L’effet de la TVA à 5,5 % est bénéfique immédiatement puisque les factures des équipements et des services éligibles incluent déjà ce taux préférentiel. Les travaux éligibles doivent répondre aux exigences du CITE. Le logement doit notamment avoir plus de deux ans.

Prêt de la Caf

Les allocataires de la Caf peuvent recevoir un prêt pour financer une partie de leurs travaux d’isolation. Il s’agit du prêt à l’amélioration de l’habitat, accessible aux bénéficiaires d’une prestation familiale. Ne sont pas comprises les personnes qui reçoivent seulement des prestations comme l’Apl, le Rsa, etc.

Le prêt à l’amélioration de l’habitat couvre 80% maximum du montant total des travaux éligibles. Il est toutefois limité : plafond de 1 067,14 € (chiffre 2017). Son versement s’effectue en deux fois : 50% à la signature sur présentation des devis puis le solde à la fin des travaux d’isolation (factures à justifier). Le prêt de la CAF est remboursable à un taux de 1% sur une période maximale de 3 ans.

Exonération de la taxe foncière

Certaines collectivités locales décident d’accorder une exonération de la taxe foncière pour les propriétaires d’un logement qui font réaliser des travaux d’efficacité énergétique comme l’isolation thermique. Cette exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) peut être totale ou partielle (50%). Les logements concernés doivent avoir été achevés avant 1989 et, bien sûr, ils doivent être situés dans une commune ayant voté l’exonération de la TFPB.

Les équipements qui donnent accès à l’exonération de la taxe foncière doivent répondre aux critères du CITE. De plus, les propriétaires ont l’obligation d’avoir dépensé un montant supérieur à 10 000 € au cours de l’année qui précède ou 15 000 € sur les 3 années précédentes. Les démarches sont à effectuer auprès du centre des impôts dont dépend le logement concerné par l’exonération de la TFPB.

Prêt d'Action Logement

Le prêt d’Action Logement concerne les propriétaires d’un logement qui sont salariés d’une entreprise de 10 employés minimum. Il est accordé pour réaliser des travaux d’efficacité énergétique dans une résidence principale selon les conditions de l’éco-prêt à taux zéro. Un niveau de performances à atteindre est donc exigé pour que ce prêt d’Action Logement soit accepté. Il est également soumis à certaines conditions de revenus et à l’acceptation de l’employeur du demandeur.

Un propriétaire peut emprunter jusqu’à 10 000 €. Une somme qui sera perçue dans les 3 mois qui suivent la fin des travaux d’isolation, par exemple. Le remboursement peut être étalé sur 10 ans. Son taux d’intérêt est de 1%. Le prêt pour l’amélioration énergétique peut notamment être cumulé avec un autre prêt proposé par Action Logement : le prêt pour l’acquisition dans l’ancien.

Aide financière de la caisse de retraite

Les retraités du régime général peuvent se voir accorder une aide de leur caisse de retraite pour financer des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale. L’isolation thermique des pièces de vie fait partie des opérations éligibles.

Au total, il est possible de percevoir jusqu’à 3 500 €. Le plafond dépend de la situation familiale, de la nature des travaux et du niveau de ressources. Cette subvention n’est par contre pas applicable si le demandeur bénéficie d’une autre aide sociale comme l’allocation veuvage ou l’allocation personnalisée d’autonomie.