La RT 2012 est une étape importante dans la réduction des consommations énergétiques des bâtiments. Principalement concentrée sur les projets dans le neuf, elle est complémentaire de la réglementation thermique Existant pour les travaux de rénovation.

Demande de devis

RT 2012, la réglementation des projets de construction

Applicable pour des projets de construction, la RT 2012 a pour objectif de favoriser les économies d’énergie tout en encourageant les technologies durables. Pour cela, l’accent est mis sur la ventilation, les ponts thermiques et la perméabilité à l’air principalement. Les travaux d’isolation sont donc directement concernés et le choix d’un procédé performant est valorisé. La RT 2012 fixe 2 types d’exigences :

  • exigences de résultats : efficacité énergétique du bâtiment, consommation d’énergie primaire, confort d’été
  • exigences de moyens pour favoriser la baisse des consommations, privilégier les énergies renouvelables…

Pour bénéficier du label RT 2012, un bâtiment doit alors respecter différents critères avec des objectifs précis. Le coefficient Bbio représente l’efficacité énergétique du bâti. Il ne doit pas dépasser un seuil réglementaire qui dépend du type d’occupation : c’est le coefficient Bbiomax. Ensuite, la consommation énergétique du bâtiment est définie par le coefficient Cep. Celui-ci doit être inférieur à la valeur annuelle de Cepmax = 50 kWh/m². Le confort d’été bénéficie lui-aussi d’un seuil fixé par la RT 2012 nommé Ticref. La moyenne des températures intérieures des 5 jours les plus chauds de l’année d’un bâtiment ne doit pas dépasser la valeur Ticref. Les chiffres de références sont différents selon la zone climatique concernée.

Au 1er janvier 2108, les nouvelles exigences relatives aux niveaux de performance thermique entreront en vigueur. Une nouvelle réglementation thermique est même prévue pour l’horizon 2018-2020 sous l’égide du concept de bâtiment à énergie positive.

Bâtiments concernés par la RT 2012

Tout projet de construction dont le permis de construire a été déposé depuis le 1er janvier 2013 est concerné par la RT 2012. Cette réglementation thermique s’applique également aux projets d’extension dont la surface dépasse 50 m².

Validation des performances

Des mesures sont prises en amont ou pendant les travaux afin de valider le respect des exigences de la RT 2012. Par exemple, le diagnostic de performance énergétique analyse la consommation d’un bâtiment et son taux d’émission de gaz à effet de serre. Réalisé par un professionnel certifié, il est obligatoire, sauf exception, dans la vente d’un bien immobilier. Le DPE se matérialise par un rapport comprenant des recommandations pour améliorer l’isolation thermique, le réseau de chauffage ou la ventilation par exemple. De son côté, le test de la porte soufflante, appelé également test d’infiltrométrie, s’attache à l’étanchéité à l’air des maisons individuelles et des logements collectifs. Ce test mesure le coefficient de perméabilité du bâtiment en identifiant les points de fuite d’air. Si besoin, des actions correctives à mener sont recommandées.

Évolution des réglementations thermiques

Le monde du bâtiment est l’un des plus gros consommateurs d’énergie : production / transformation des matières premières, mise en oeuvre en construction ou rénovation et fonctionnement des bâtiments… Au total, cela représente plus de 40% de la consommation énergétique nationale. Aujourd’hui, la nécessité de réaliser des économies d’énergie est partagée par tous les acteurs du bâtiment en France. Pourtant, la prise de conscience n’est pas si vieille. En effet, la première réglementation thermique a moins de 50 ans. 

RT 1974

En 1974, le gouvernement Messmer adopte ce règlement d’un genre nouveau pour répondre aux secousses du 1er choc pétrolier. Les objectifs fixés sont de réduire la consommation énergétique des bâtiments de 25% grâce à l’isolation des parois notamment. Seuls les bâtiments d’habitation dans le neuf étaient concernés par la RT 1974. 

RT 1982

Après le second choc pétrolier de 1979, une nouvelle réglementation voit le jour en 1982. Elle vise une réduction des consommations énergétiques plus importante que la RT 1974. Puis, d’autres réglementations thermiques seront adoptées au cours des décennies suivantes.

RT 1988

La grande nouveauté de la réglementation thermique 1988 est d’inclure, enfin, les bâtiments non résidentiels. Ceux-ci étaient encadrés par des textes spécifiques jusqu’alors. La RT 1988 fixe des objectifs pour l’ensemble du bâtiment ainsi que pour certains systèmes particuliers. En plus de l’isolation thermique, les impacts des besoins de chauffage et d’eau ainsi que la climatisation et la ventilation pour les bâtiments sont alors pris en compte. 

RT 2000

La RT 2000 est un tournant majeur dans l’histoire des réglementations thermiques. Pour la première fois, ce ne sont plus des exigences de moyens mais des exigences de résultats qui sont formulées. Pour les logements neufs, la RT 2000 impose une réduction de 20% de la consommation énergétique par rapport à la précédente réglementation thermique. Cette exigence est portée à 40% pour les bâtiments non résidentiels tertiaires. Le confort d’été est pour la première fois pris en compte.

RT 2005

La consommation énergétique des bâtiments est encore dans le viseur des réglementations thermiques avec la RT 2005. Les exigences augmentent pour que cette consommation baisse de 15% dans les constructions / extensions. La RT 2005 est la première à intégrer les principes bioclimatiques.