L’isolation thermique

En France, l'isolation thermique des bâtiments est devenue un enjeu véritable à la suite du choc pétrolier de 1973. Les vingt dernières années ont connu de grands changements au niveau des règlements et des exigences écologiques. Le mouvement est engagé pour favoriser les isolants innovants qui conjuguent efficacité et respect de l'environnement.

Demande de devis

Pourquoi isoler ?

La question est simple mais elle mérite en effet d’être posée. En fait, isoler un logement ou tout autre bâtiment est indispensable pour plusieurs raisons concrètes : confort de vie, consommation énergétique, coût des fournisseurs d’énergie, pérennisation et valorisation du bien immobilier… Une isolation thermique performante répond également à des enjeux qui dépassent l’échelle humaine : réchauffement climatique, émission des gaz à effet de serre, préservation de l’environnement et gestion des ressources naturelles.

Les pouvoirs publics répondent au besoin urgent d’améliorer l’efficacité énergétique du parc immobilier français. Les réglementations thermiques fixent ainsi des objectifs de performance à atteindre pour l’isolation thermique. La RT 2012 est actuellement en vigueur. Ses exigences de résultats et de moyens sont accompagnées de recommandations pour isoler dans le neuf un logement ou des locaux privés / publics. Parallèlement, des aides financières pour les propriétaires et les locataires sont accessibles sous forme de subvention, assistance à la réalisation ou crédit d’impôt.

Sources de déperdition de chaleur

Dans une maison non équipée d’un système d’isolation, les principales pertes de chaleur ont été mesurées par l’ADEME :

  • murs : 25% des déperditions calorifiques
  • planchers bas : 10%
  • combles et toiture : 30%
  • ponts thermiques : 10%
  • fenêtres, fuites d’air

Tous ces points peuvent être traités avec un système d’isolation thermique efficace. Certains isolants comme le polyuréthane projeté sont efficaces partout. D’autres, à l’image de la laine de mouton ou du liège expansé, sont déconseillés pour une application sur certains supports.

Mise en oeuvre d'une isolation thermique

Différentes applications pour une isolation globale

Les applications d’un isolant dans un bâtiment sont en lien direct avec les pertes d’énergie identifiées par l’ADEME. L’isolation des murs, des sols et des combles fait partie des actions à privilégier pour rendre les bâtiments moins énergivores et plus agréables à vivre. Les fabricants ont élaboré des produits qui permettent d’atteindre les performances requises. Dans un projet de rénovation de l’isolation thermique par exemple, le diagnostic de performance énergétique et le bilan thermique réalisé par un bureau d’études spécialisé évaluent les améliorations à apporter.

La mise en oeuvre sur les supports doit alors être réalisée par un professionnel qualifié pour mener à bien la pose de l’isolant. Les performances sont ensuite mesurées après son intervention pour valider le respect des valeurs données. L’entreprise ou l’artisan qui intervient doit aussi attester du label RGE pour que son client puisse accéder à certaines aides financières. Le recours à un professionnel permet également de bénéficier d’assurances et de garanties comme la garantie décennale.

Choix du procédé d'isolation thermique

L’évaluation des produits isolants disponibles repose sur l’analyse de plusieurs critères : performances, longévité, domaines d’applications, etc. Les conseils d’un professionnel sont essentiels pour choisir le bon isolant en fonction du support à traiter. Ses recommandations seront encore plus efficaces après une visite du chantier de rénovation ou des échanges avec les concepteurs d’un projet dans le neuf.

Les isolants traditionnels sont progressivement remplacés s’ils ne proposent pas des solutions plus performantes et plus durables. En effet, la question écologique est une donnée de plus en plus importante. Les isolants font notamment des progrès au niveau de leur consommation en énergie grise et de la gestion de leur fin de vie même si les cycles industriels de production et de recyclage nécessitent encore des évolutions.

Bonnes pratiques pour une isolation thermique optimisée

  • Traitement des ponts thermiques : les défauts d’isolation sont souvent causés par la présence de ponts thermiques. Le système isolant est alors interrompu par un défaut de mise en oeuvre ou l’utilisation d’un produit peu efficace. Les ponts thermiques sont principalement situés au niveau des jonctions entre les différentes parois. Pour un projet d’isolation des combles par exemple, les rouleaux de laine minérale comme la laine de roche ou les panneaux de polyuréthane doivent être posés avec un soin professionnel. Avec l’expertise d’un professionnel, les défauts dans la pose de l’isolant sont très rares. Le moindre d’entre eux poserait un problème pour l’efficacité globale du système d’isolation thermique.
  • Étanchéité à l’air : Le renouvellement de l’air grâce à une ventilation maîtrisée n’est pas incompatible avec une isolation qui assure une parfaite étanchéité à l’air. Ces deux principes sont même complémentaires. Les fuites d’air causées par un produit isolant peu efficace ou détérioré ont un impact sur le système global d’isolation. Leurs conséquences sont donc lourdes pour la consommation en énergie du bâtiment et le montant des factures à payer.
  • Ventilation des locaux et résistance à l’humidité : une isolation thermique globale protège l’ensemble du bâtiment mais il est indispensable que ceux-ci bénéficient d’une ventilation satisfaisante. Aérer un logement permet ainsi d’évacuer l’humidité des pièces intérieures et d’éviter les problèmes de condensation.