Une bonne isolation des murs est essentielle au confort des occupants d'une maison ou d'un bâtiment. Elle permet aussi d'économiser de l'énergie - et de l'argent ! - en réduisant les consommations de chauffage ou climatisation. Isoler un mur est donc un investissement qui rapporte à coup sûr.

Demande de devis

Isolants pour les murs

L’isolation des murs doit être envisagée dès la phase de conception pour un projet dans le neuf. Dans l’ancien, l’état des murs et le périmètre des travaux de rénovation de l’isolation rendent certains isolants inefficaces ou au contraire très performants. Les isolants les plus utilisés traditionnellement sont les laines minérales et le polystyrène. Ce dernier est remis en question sur plusieurs aspects : empreinte écologique, comportement au feu… Contrairement à la laine de verre par exemple, il est ainsi délaissé peu à peu pour des isolants plus responsables pour l’isolation des murs.

Le choix de l’isolant est essentiel pour isoler les parois verticales d’un bâtiment. Un grand nombre de critères sont ainsi évalués par un professionnel avant de choisir la meilleure technique d’isolation.

Facteurs de performance des isolants pour les murs

Résistance thermique : comme pour toute isolation dans un bâtiment, la résistance thermique est le premier critère de choix. Pour un mur, la réglementation thermique 2012 fixe à R = 4 m2.K/W la résistance thermique minimum à atteindre pour bénéficier de certaines aides financières. Cette résistance dépend avant tout de la conductivité thermique (lambda λ) de l’isolant. Plus la conductivité est faible, moins il faudra appliquer d’isolant. C’est une donnée essentielle pour l’isolation des murs car elle réduit mécaniquement les espaces intérieurs. 

Étanchéité à l’air & à l’humidité : rendre des parois verticales parfaitement étanches à l’air et à l’humidité signifie en partie de supprimer les ponts thermiques. C’est possible avec des isolants comme les laines minérales, le liège expansé ou le polyuréthane par exemple. Le polyuréthane projeté permet ainsi d’atteindre d’excellentes performances pour l’étanchéité à l’air.

En complément d’une bonne ventilation de la pièce, obligatoire pour renouveler l’air, l’isolation de murs doit avoir un bon comportement lors de conditions difficiles. Certains isolants ont ainsi la capacité de réguler l’humidité même si celle-ci est forcément limitée. Par exemple, la laine de mouton peut supporter jusqu’à 30% de son propre poids. Au-delà, l’isolant se tasse derrière le mur ce qui provoque alors une perte immédiate d’efficacité. 

Résistance mécanique : il est indispensable d’installer un système d’isolation des murs qui résiste dans le temps. C’est-à-dire qu’il ne se dégrade pas et qu’il ne se tasse pas sous son propre poids. Pour ce dernier point, la qualité de la mise en oeuvre intervient car elle détermine en partie la longévité de l’isolation du mur traité. Les professionnels portent particulièrement attention à l’adhérence de l’isolant au support lors de la pose de panneaux de polystyrène ou de laine de bois notamment.

Avantages d'une isolation des murs

L’objectif de travaux d’isolation des murs est avant tout d’améliorer leurs performances énergétiques. Il faut savoir que 20 à 25% des pertes de chaleur d’un bâtiment sont provoquées par une mauvaise isolation des murs. C’est la deuxième source de déperdition calorifique après les combles / toitures. Le bilan est encore plus lourd en ajoutant les pertes énergétiques issues des fenêtres : + 15%. Isoler les murs provoque la baisse des consommations en énergie avec un effet triplement bénéfique.

Isoler les murs : des bénéfices Puissance 3

Qualité de vie des occupants : des murs bien isolés ont un impact immédiat sur le bien-être des habitants d’une maison, par exemple. Finies les sensations de murs froids ! Pendant les fortes chaleurs, l’inertie d’un isolant comme le liège ou des panneaux de ouate de cellulose améliore la résistance la chaleur.

Montant des dépenses énergétiques : plus un bâtiment est isolé efficacement, moins il est énergivore. Les recours à la climatisation ou au chauffage sont alors moins nombreux et moins importants. En réalité, les excès n’ont plus lieu d’être si les parois verticales sont étanches à l’humidité et à l’air. Et moins consommer implique automatiquement moins dépenser. De plus, des subventions et des crédits d’impôts sont accessibles sous conditions. Il faut les intégrer dans le calcul du financement de travaux d’isolation concernant les murs d’un bâtiment.

Préservation de l’environnement et des ressources naturelles : conséquence directe des points ci-dessus, la protection de l’environnement est favorisée grâce à une isolation performante des murs. Le choix d’un isolant au plus faible impact environnemental se fait au regard de son processus de fabrication, de sa longévité voire de la gestion de son obsolescence.

Techniques pour isoler les murs / parois verticales

L'isolation des murs est encadrée par des documents techniques qui certifient la qualité de la mise en oeuvre par une entreprise professionnelle. Ce sont les Documents Techniques d’Application – DTA et les Avis Techniques. Faire faire des travaux par un pro permet de bénéficier d’une mise en oeuvre certifiée et contrôlée par des organismes indépendants comme le CSTB. En fin d’intervention, le maître d’ouvrage fait procéder au test d’infiltrométrie pour obtenir le certificat d’étanchéité du bâtiment, indispensable dans le référentiel de la RT 2012.

Les professionnels isoleurs qui interviennent composent avec les contraintes rencontrées pour mettre en place les travaux d’isolation. Mais il faut au préalable que les murs à isoler soient propres et secs. Même si cela varie légèrement en fonction de l’isolant choisi, l’humidité originelle joue sur les performances. Avec un isolant qui adhère parfaitement au support comme les isolants soufflés ou projetés (flocons de fibres de bois, mousse polyuréthane), cet effet peut cependant être fortement réduit. Pour les autres, la pose d’un système pour lutter contre l’humidité est indispensable : pare-vapeur ou frein-vapeur.

Lutter contre les ponts thermiques dans l'isolation des murs

Dans le cadre d’une isolation globale, isoler les murs concerne à la fois la suppression des ponts thermiques et l’étanchéité à l’air. Les ponts thermiques sont à traiter absolument pour éviter les déperditions d’énergie. Deux points particulièrement sensibles sont à gérer : les liaisons avec le sol ainsi que les ouvrants (fenêtres) ou l’appareillage électrique (prises de courant, interrupteurs…). Ces derniers doivent être protégés durant la mise en oeuvre de l’isolation sur les murs tout en considérant leur accessibilité après les travaux.

Isoler seulement les murs les plus / moins exposés au soleil (selon les conditions climatiques propres au lieu où est situé le bâtiment concerné) est un mauvais calcul en termes d’efficacité et d’économies sur le moyen et le long terme.